Ballon rouge

C’est vendredi soir, le week-end se profile à l’horizon et tu as décidé de le commencer du bon pied en te rendant dans une salle obscure. Tu avais plusieurs films à ta disposition, mais ton choix s’est arrêté sur Ça, enfin la production adaptée du roman de Stephen King. Mais si, tu sais bien de quoi je parle, non ? OK, alors je t’explique, mais vite parce que la peur commence à m’envahir.

En route pour Derry dans les années 50

Il était une fois une petite ville paumée, tu te doutes que ce genre de film ne se déroule jamais dans une commune comme Paris ou Lyon. Il faut une ambiance totalement glauque où il y a quelques personnes qui se regardent de travers et surtout des avis de recherche. Ces derniers sont importants, car ils signalent la disparition d’enfants. Non, il n’y a pas d’alerte enlèvement dans les films d’horreur sinon ce n’est pas drôle, cela enlève tout le charme (si je peux éventuellement employer ce terme). Nous sommes donc à Derry à la fin des années 50 et un jeune garçon prénommé Georgie disparaît comme ses compatriotes.

Le nouveau Ça est moins inquiétant puisque son masque est maléfique

La première adaptation ne met pas non plus 120 heures pour t’expliquer que les enlèvements sont réalisés par (j’ai du mal à écrire ce mot tellement je suis terrifiée), Ça le clown monstrueux qui a une apparence différente entre les deux productions. Dans la première, il a pratiquement l’allure d’un clown comme tu pourrais trouver dans un cirque ou une fête de village. Oui, le monsieur qui fait des chiens avec des ballons a souvent un nez rouge et des cheveux bizarres. Alors cette adaptation est beaucoup plus dérangeante, car finalement un clown comme celui-ci tu pourras en trouver partout. Par contre, l’énergumène dans la nouvelle production est horrible, impossible à regarder et pourtant l’acteur n’a pas l’air si méchant.

Pleurer dans les jupes de ta mère comme si tu avais 2 ans et demi

Ce vendredi soir est donc important pour la France puisqu’une avant-première est diffusée dans plusieurs salles, mais le film a déjà vu le jour aux États-Unis. Tu te doutes que le succès est présent, Ça (le film) peut même se vanter d’être le premier film d’horreur à générer de telles recettes. Si tu veux le visionner – si toutefois tu n’as pas peur d’être confronté à ce clown insupportable pendant plus d’une heure – tu devras attendre le 20 Septembre. Impossible pour ma part de me rendre dans une salle obscure, il suffit que je regarde la première scène pour prendre mes jambes à mon cou et appeler ma mère pour qu’elle vienne me réconforter. Oui, quand tu as peur tu n’as plus 34 ans, mais 2 ans et demi. Les premières critiques sont tombées, ceux qui ont pu voir cette adaptation estiment que la peur est présente, mais ça ne casse pas trois pattes à un canard.

C’est quoi, la coulrophobie ?

Pour ceux qui ont cette phobie, c’est une véritable torture. Les personnes ont tendance à se moquer de moi lorsque je précise que j’ai peur des clowns. Ils te répondent « ils sont mignons », non ils sont méchants et ils cachent leur véritable personnalité sous un masque d’ange pour tenter d’abuser de ta faiblesse. Je ne peux donc pas être en présence d’un clown, même ces ballons que tu pourras retrouver dans le film me font flipper un maximum. Lorsque ces personnages sont sur une piste, ils auront tendance à te faire rire, mais, en dehors, ils sont enveloppés par la peur. Il est toutefois important de faire la différence entre la véritable peur du clown (celle que j’ai) et la peur qui est liée à un clown terrifiant. Pour te montrer la différence, je tente de mettre ma peur de côté et je te propose deux vidéos, dans la première tu as le clown de la première adaptation.

Pourquoi j’ai eu l’idée de partager cette vidéo ?

La bande-annonce est également insupportable, je vais aller me cacher

Finalement, tu vas le voir ce film ou pas ?

Pour ma part, ce dernier est même moins dérangeant, car nous savons qu’il est maléfique puisque son masque donne clairement le change. Avec un clown totalement normal, il est impossible de savoir ce qui peut se cacher derrière le masque. C’est donc cette inquiétude et cette incertitude qui sont à l’origine de la coulrophobie. Généralement, ce côté inquiétant est aussi au rendez-vous pour tous les masques. Me déguiser pour les fêtes à l’école était un acte de torture. D’ailleurs, j’appelle Emmanuel Macron, il faut supprimer cette tradition du Mardi Gras à l’école. Arrêtez de forcer ces enfants à se déguiser ! Bien sûr, dans cette production, tu retiendras une seule phrase qui à jamais devrait perturber ton cerveau :

Venu d’en dessous, ça dévore tout

Il faut désormais répondre à une question très importante : ira-tu voir Ça ? Si la réponse est positive, n’hésite pas à revenir nous voir pour nous faire part de ton avis. En ce qui me concerne, il me sera impossible de me rendre dans une salle obscure, mais je suis tout de même tentée par cette expérience. Je le regarderais donc sur mon PC en jouant à la console, en écoutant de la musique et surtout en coupant le son du film bien sûr.

Finalement, tu veux sans doute savoir s’il faut aller voir le film. Je n’ai malheureusement pas la réponse, mais après avoir glané quelques informations sur la toile concernant les critiques. Si tu es un adepte des films d’horreur et surtout des classiques, tu devrais aller le voir. Par contre, si les clowns génèrent en toi de la crainte et de la peur, regarde Vaiana, c’est mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *