Maladie

Ton ventre commence à jouer la sérénade, les nausées s’invitent dès le réveil, tu as cette envie irrésistible de t’enfermer dans les toilettes, car tu sais que cette pièce rythmera ton quotidien. Tu comprends désormais que la gastro-entérite vient de frapper à ta porte.

Passer d’une soirée tranquillou à une nuit cauchemardesque

Cette soirée était très sympathique, quelques amis sont venus te voir pour grignoter quelques gâteaux apéritifs tout en dégustant un cocktail savoureux. Les rires, la joie et le bonheur rythment cette fin de journée qui te permet de te détendre afin d’envisager la suite avec la plus grande sérénité. Pourtant, ton ventre t’interpelle avec des gargouillements de plus en plus inquiétants. Tu penses sans doute que tu as abusé de la boisson alcoolisée ou de ces tapas, car tu as bien sûr eu la main lourde. L’heure de saluer tes amis se profile à l’horizon, tu décides de prendre rapidement une douche, de vérifier si les enfants sont toujours dans les bras de Morphée et de rejoindre ton homme afin de savourer une nuit paisible.

La méchante gastro-entérite a forcé ta porte

Malheureusement, une vieille mégère s’est glissée sous le pas de ta porte à ton insu et elle vient te surprendre dans ton sommeil. Tu te réveilles pratiquement en sursaut, mais il n’est pourtant pas l’heure de partir au travail ou de préparer le petit déjeuner à tes enfants. Les gargouillements dans ton ventre se sont intensifiés et ils ont désormais un ami à savoir les nausées. Ces dernières sont relativement fortes. Tu décides d’emprunter le chemin de la salle de bain afin de fouiller dans la pharmacie pour trouver quelques médicaments susceptibles de calmer ces maux. Tu n’as pourtant pas le temps d’atteindre cette pièce, car ton organisme t’accompagne jusque dans les toilettes. Une seule seconde suffit pour que l’intégralité de ton repas, dont les délicieuses tapas termine son existence dans cette pièce sombre et si froide.

La valse des médicaments commence

Tu penses que tu n’as pas digéré le repas, mais l’un de tes enfants commence lui aussi à se plaindre des mêmes symptômes. Comme il n’a pas mangé de tapas puisqu’il était couché, tu repenses immédiatement à cette discussion au travail. Tu avais pu apprendre que la gastro-entérite avait atteint le seuil épidémique avec 280 cas pour 100 000 habitants. Quatre régions de France, dont la Provence Alpes Côte d’Azur, sont particulièrement touchées. Tu comprends en une fraction de seconde que la nuit et les prochaines heures seront extrêmement longues. Au petit matin, tu n’oses pas te regarder dans le miroir, car tu as jonglé avec les toilettes et la chambre du petit dernier qui a été malade. Monsieur avait de la chance, il dormait paisiblement, il s’éclipse donc par la petite porte sans prendre de petit déjeuner de peur de « choper » cette maladie insupportable.

Un zombie prend possession de ton corps

En passant, il embarque l’un des enfants notamment pour le conduire à l’école, car malheureusement pour lui il n’a aucun symptôme. Il peut donc suivre son cursus scolaire normalement. La gastro-entérite est particulièrement complexe pour un adulte, car tu détestes sans doute cet état, tu as l’impression de ressembler à un zombie de The Walking Dead. Tu erres dans ta maison entre le froid et le chaud avec un plaid que tu traînes comme un enfant pourrait tirer un doudou. Si ta mère était chez toi, tu aurais même tendance à râler et à te plaindre. Pour éviter la prolifération des bactéries, tu prends ton courage à deux mains et tu tentes une désinfection express des lieux contaminés et surtout tu appelles le médecin pour un rendez-vous dans la journée. Ce professionnel ne te propose pas des antibiotiques, car la gastro-entérite est un virus et ils sont totalement inutiles. Tu dois donc prendre un combo d’anti-nauséeux, des médicaments pour la diarrhée et soigner ta flore intestinale qui a passé sa soirée dans les toilettes.

Après les vomissements, voici les repas tellement joyeux

Face à ce bout de papier, tu attends que le médecin écrive le traitement et à chaque ligne ton cœur bat un peu plus fort, car tu redoutes la présence de ce médicament. Malheureusement, le mot « SMECTA » s’invite au programme, un produit certes efficace, mais tellement ignoble à avaler. Il aurait pratiquement tendance à te rendre encore plus malade. Pour mettre un terme à la gastro-entérite, tu dois aussi oublier les fruits, les légumes, certains produits laitiers. Tes repas seront rythmés par du bouillon, du riz et de l’eau, car la gastro-entérite s’invite toujours avec son amie la déshydratation qui est fatale chez les enfants. Désormais, tu programmes une bonne journée de repos, car, avec les médicaments, tu as enfin arrêté de vomir. C’est donc la délivrance, mais tu as osé te regarder dans ce miroir. Tu ressembles toujours à un zombie, courage encore quelques jours à tenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *