« Ce n’est pas le moment de paniquer! », c’est ce que Rainer Schrimpf, plongeur documentaliste de 51 ans, a gardé à l’esprit les quelques secondes qu’il a passé dans la gueule d’une baleine rorqual de Bryde.

Il est happé puis recraché par la baleine

En février dernier, au large des côtes sud africaines de Port Elisabeth, le plongeur, en plein tournage au milieu d’un banc de sardines courtisé par les dauphins, les requins et les fous de Bassan, n’a pas vu le cétacé venu lui aussi se régaler. Le mammifère a surgit des profondeurs, la gueule grande ouverte, gobant tout sur son passage dont le plongeur.

C’est sous les yeux affolés de sa femme et de son équipe de tournage qu’il a été happé puis recraché quelques secondes plus tard. Ces derniers impuissants, ont photographié la scène ahurissante. Dans cette incroyable vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, on voit clairement les jambes du plongeur dépasser de la gueule de la baleine puis sa libération au milieu de l’océan. 

Une vidéo assez incroyable

« Je devais utiliser mon instinct »

C’est la capacité du plongeur à garder son calme et le manque d’appétence de la baleine pour ce menu incongru qui ont permis d’éviter une situation dramatique. Lors d’une interview donnée à la chaîne Barcroft TV, Rainer Schrimpf raconte :

J’essayais de prendre en photo un requin qui allait rentrer dans le banc de sardines quand tout à coup, tout est devenu noir. J’ai ressenti une pression et j’ai tout de suite su qu’une baleine m’avait attrapé… Je sentais la pression sur ma hanche mais ce n’était pas le moment de paniquer, je devais utiliser mon instinct.

Instinct qui lui a dicté de retenir sa respiration au cas où la baleine plongerait dans les eaux profondes de l’océan indien, mais c’est finalement à la surface de l’eau que le cétacé de 15 mètres de long l’a recraché.

Priorité au reportage

Heureux que ni lui ni la baleine n’ait eu de dommages et loin d’être terrifié par cette expérience inouie, Rainer Schrimpf sain et sauf a presque aussitôt replongé dans le banc de poissons. Après vérification du matériel, l’homme et son équipe ont repris la séance photos au milieu des prédateurs de sardines.

Ce fervent défenseur de l’environnement dont la « détermination à garantir à l’environnement les plus grandes attentions et protections reste sans faille » est conscient de sa chance et de la rareté de cette tumultueuse rencontre mais ne souhaite pas réitérer l’expérience ! La baleine non plus !

5 (100%) 1 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *