Depuis le début de cette année, le marché du crédit a subi un grand bouleversement, et c’est le secteur de l’immobilier qui en est le plus touché. Des nouvelles reformes beaucoup plus strictes ont fait leur apparition, et veulent reformer complètement le secteur de la finance. Et les banques se retrouvent actuellement obligées de modifier leur procédure quant à l’octroi d’un crédit. Les détails.

Un crédit immobilier sans apport personnel : c’est impossible !

A partir de mois de Janvier 2020, il n’est plus possible de recourir à un prêt immobilier sans avoir un apport personnel. En effet, plus aucune banque n’est désormais à la mesure de vous procuré la totalité de la somme nécessaire pour votre investissement. Un prêt immobilier est aujourd’hui plafonné à 90% du montant total d’acquisition du bien.

Si vous souhaitez alors obtenir un coup de pouce financier pour votre projet d’acquisition, vous devez déjà vous apprêter à débourser au minimum 10% du montant d’investissement de votre propre poche. Plusieurs possibilités de ressources sont possibles : épargnes, prêt entre particuliers, etc. Pour en connaitre les types de credit micro, vous pouvez visiter cette URL.

La hausse des taux de crédit : une situation générale ou presque !

Si les emprunteurs ont pu profiter d’un taux bas au fil de ces dernières années, avec des conditions de crédits plutôt attractives, ce n’est plus le cas en ce moment. A partir de cette année 2020, le Haut Conseil de stabilité financière a pris les choses en main, et a décidé de mettre en place de nouvelles mesures afin d’améliorer les conditions d’octroi de crédit. Le but étant de permettre aux banques et aux acteurs financiers de mieux maîtriser leur transaction. Les taux de crédit ont alors subi une hausse générale, un peu partout sur le territoire de l’Hexagone. Les grandes villes étant les plus touchées par cette hausse.

Une capacité d’endettement à respecter : pour le bien des emprunteurs !

Ce n’est plus tout le monde qui pourra bénéficier d’un crédit en 2020, il faudra respecter un certain taux pour sa capacité d’endettement. Si votre reste à vivre sera moins de 33 %, une fois que vos mensualités et vos charges y seront enlevées, la banque ne vous donnera plus aucune chance d’obtenir un prêt. Il sera certain que les ménages les plus démunis auront alors de vraies difficultés à voir leur demande d’obtention de crédit aboutir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *