Les premiers chèques énergie sont envoyés dès cette semaine dans plus de 17 départements français. Les envois vont s’échelonner jusqu’au mois d’avril. Le chèque de cette année 2019 est revu à la hausse, plus de 50 euros, plus de 5,8 millions de personnes devraient en bénéficier. Le but, réduire la précarité et permettre la transition énergétique.

Le chèque 2019 revalorisé

Ce chèque énergie doit aider les foyers modestes à régler leur facture de chauffage ou à financer les travaux de rénovation énergétique. Il peut être utilisé en ligne ou par courrier. Il était en 2018 de 150 euros et cette année, il passe à 200 euros. Son montant d’attribution est calculé sur la seule base de revenu fiscal de référence. Il tient compte des revenus et de la composition du foyer. Aucune demande administrative n’est à effectuer pour l’obtenir. Il est attribué directement aux personnes qui sont éligibles. En effet, chaque année, la direction générale des finances publiques partage le fichier des personnes qui remplissent les conditions requises. Les chèques sont envoyés région par région. Cette année, les premiers à le recevoir sont les habitants des hauts de France et les derniers, les occitans.

Faire jouer la concurrence

Le chèque énergie permet de régler ses factures d’énergie chez tous les fournisseurs. Il est donc particulièrement intéressant de bien comparer les prix de l’électricité et du gaz afin de s’assurer des meilleurs tarifs en matière d’énergie. En changeant de fournisseur, on peut facilement économiser jusqu’à 200 euros par an. Pour le recevoir, il faut gagner moins de 10.700 euros par an  pour une personne seule et moins de 16.000 euros pour un couple. Selon les revenus le chèque énergie peut aller de 98 à plus de 277 euros, c’est 50 euros de plus que l’année dernière. Le gouvernement a mis en ligne un simulateur. Vous pouvez d’ores et déjà le consulter pour vérifier si vous êtes éligible ou non à ce chèque et pour quel montant. Plus de 20% des chèques envoyés en 2018 n’ont pas été utilisés par les bénéficiaires. Vous avez jusqu’au 31 mars, dépêchez-vous.

5/5 - (2 votes)