Après l’annonce mardi 19 mars d’une levée fonds de 150 millions d’euros, la startup française Doctolib, désormais valorisée à 1 milliard d’euros, rejoint Deezer, Blablacar, OVH et Vente-Privée.com dans le cercle très fermé des licornes françaises.

Une levée de 150 millions d’euros auprès des fonds d’investissement General Atlantic, Eurazeo, Kernel, Eccel et de la banque publique BPI, a permis à la jeune société spécialisée dans la prise de rendez-vous médicaux en ligne de voir sa valorisation dépasser le milliard d’euros et de se hisser ainsi au rang des startups dites « licornes ».

Doctolib : géant européen de la prise de RDV médicaux en ligne

Une success story

Co-fondée en 2013 par Stanislas Niox-Château, ancien champion de tennis et actuel PDG, Steve Abou Rjeily, Jessy Bernal et Ivan Schneider, la startup parisienne Doctolib propose une plateforme en ligne qui permet aux patients de prendre directement rendez-vous avec des professionnels de la santé. Présente également en Allemagne depuis 2016, la société s’impose rapidement comme leader dans le secteur à l’échelle européenne et rachète même son concurrent MonDocteur en 2018. Aujourd’hui, ce sont des millions d’usagers qui font confiance à Doctolib.

La startup en chiffres

La plateforme met en relation les patients avec pas moins de 75 000 médecins spécialistes et généralistes. Moyennant 109 euros par mois, ces derniers confient la gestion de leur agenda à Doctolib. A l’instar de ces praticiens, 1 400 établissements de santé sont également inscrits sur la plateforme pour bénéficier du service de prise de rendez-vous en ligne. Le site, qui emploie actuellement 750 salariés, génère ainsi un trafic de 30 millions de visites de patients par mois.

Un avenir prometteur

Avec les 150 millions d’euros de fonds levés, différentes perspectives de développement s’offrent à Doctolib, qui s’est fixé des objectifs et compte bien les atteindre.

Un nouveau service de consultation en ligne

Après avoir testé un service de téléconsultation sécurisé mis en place en janvier auprès de 500 professionnels de la santé Franciliens, Doctolib souhaite développer cette activité en l’étendant à la France entière. Les usagers de toute la France pourront alors avoir accès à des consultations vidéo, obtenir des ordonnances numériques et régler par télépaiement.

A la conquête de l’Europe

Après l’ouverture d’un centre de recherche et de développement à Berlin, Doctolib, qui ambitionne une dimension européenne, projette d’étendre ses activités en s’implantant dans d’autres pays. La société se donne en outre donne trois ans pour recruter de nouveaux collaborateurs et ainsi doubler le nombre de ses effectifs.

5/5 - (1 vote)