Tout le monde s’accorde sur ce point, le printemps s’est installé dès le 21 Mars dernier. Les bourgeons éclosent, le pollen se disperse au grès du vent, la nature se pare de nouvelles couleurs. Cependant après un temps doux et printanier, dès Mercredi prochain une vague de froid va envahir la France.

Des températures d’hiver en plein mois d’Avril

Le retrait vers l’ouest de l’anticyclone atlantique laissera descendre une dépression des îles britanniques vers la Méditerranée englobant la France sur son passage.

  • Une coulée d’air polaire est donc attendue sur tout l’hexagone dès le mercredi 3 Avril, rafraîchissant les températures en moins de 24 heures et emmenant avec elle une instabilité météorologique.
  • Les températures attendues seront comprises entre – 4° et – 8° aux normales de saison.
  • Des chutes de neige sont prévues en basses altitudes (dès 700 mètres), avec de violents orages de pluies.

Avril, ne te découvre pas d’un fil

Le dicton n’aura jamais été aussi précis. Si la semaine qui arrive s’annonce glaciale, il faudra attendre une bonne dizaine de jours pour retrouver des températures acceptables pour un printemps.

La baisse des températures qui commencera près des côtes de la Manche, englobera le territoire, faisant peiner le thermomètre qui ne montera guère au-delà des 10°C, et ce même vers la Méditerranée.

Il faudra attendre vendredi pour que cette vague hivernale se décide à quitter le territoire, laissant un fond froid derrière elle entraînant parfois des situations neigeuses même dans les plaines dès 200/400 mètres.

Côtés positifs de cet hiver printanier

Notons toutefois que les vacances de printemps de la zone B débuteront le 6 Avril, temps idéal pour les stations de ski qui retrouveront un second souffle avant que la chaleur ne s’installe définitivement sur toute la France.

Rappelons également que depuis le début de cette année de nombreuses régions, notamment en Provence et dans le Languedoc, sont en état de sécheresse avérée avec seulement l’équivalent de 15 jours de précipitations sur une période de 3 mois. Ce sera donc une précipitation bénéfique pour pallier au manque d’eau dans les sols.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *