Les Mary Poppins sont en colère, elles ont d’ailleurs partagé leur colère dans la presse. Elles sont révoltées par cette taxe couche-culotte qui sera appliquée près de Toulouse. Tu penses sans doute qu’il s’agit d’un impôt déguisé, mais la réalité est peut-être différente.

Deux camps s’affrontent : les couches sales et les couches lavables

Certes, les couches ne sentent pas la rose, mais il ne faut pas en vouloir à ces petits bouts, ils n’ont pas vraiment le choix. En mode la Petite Maison dans la Prairie, certains choisissent de revenir au concept d’antan. C’est un geste écologique très bénéfique pour l’environnement, la planète te remercie d’ailleurs pour ce geste, mais il faut expliquer le concept pour être conscient de la difficulté de ce geste. Quand bébinou a soulagé son petit intérieur tout mignon, il est impératif de changer sa couche, enfin son morceau de tissu sublimé par un bout de coton.

Mary Poppins n’est pas d’accord avec la taxe couche-culotte

À ce stade, l’intérieur est délicatement jeté alors que le reste sera conservé après un lavage express dans la machine. Bien sûr, Madame Ingalls avait seulement ses petites mains et sa bassine pour redonner une senteur appréciable à ce morceau de tissu. Nous avons la chance d’avoir le lave-linge qui s’occupe de cette étape, mais tu devras tout de même procéder à une sélection drastique. Personnellement, je n’ai pas d’enfant, mais je n’aurais pas envie de nettoyer la couche lavable avec des résidus de « caca » de bébinou avec mes vêtements. Tu as le droit de me disputer et peut-être de me frapper, mais seulement en mode Bouh de Monstres & Cie. Cela ne changera rien, je suis très exigeante sur l’hygiène.

Enfin, revenons à nos moutons, les Mary Poppins qui ont adopté la mode Ingalls ne seront pas confrontés à cette difficulté.

Une taxe de 2 euros, non pas pour faire face à l’odeur, mais à la quantité

Celles qui par contre entachent la planète avec les couches (si j’avais des enfants je choisirais aussi cette alternative) devront rendre des comptes avec la taxe couche-culotte. Les éboueurs ne protestent pas à cause de l’odeur, mais du surplus de déchets ménagers. Attention, prépare à toi à râler et à dire « non, mais ce n’est pas vrai ? ». Oui, la commune de Terres du Lauragais a décidé d’instaurer cette taxe, car les nounous ont des poubelles conséquentes à cause de leur travail. Je sais, tu es totalement déconcerté, outré, et même effaré par la stupidité d’autrui. Que veux-tu, nous sommes dans un monde où Robin des bois s’est définitivement perdu dans les bois avec Belle Marianne. Les pauvres ont été oubliés, seuls les riches gagnent !

2 euros sont donc demandés, mais les Mary Poppins des temps modernes protestent, crient leur haine et partagent leur mécontentement. Malheureusement, la taxe couche-culotte entre en vigueur puisqu’elle a été validée par le ministère de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales. Quand les agriculteurs sont mécontents, ils déversent les légumes devant les locaux des autorités compétentes. Est-ce que les nounous feront de même avec les couches ? A choisir, je préfère les carottes !

Rate this post