Un avion de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines avec 157 passagers à son bord et à destination de Nairobi au Kenya s’est écrasé à proximité de Bishoftu en Éthiopie. Selon les premières informations, il n’y a aucun survivant.

Les autorités sont fatalistes

Le Boeing 737 de type 800 MAX avait décollé d’Addis Abeba à 08h38 heure locale. Seulement six minutes après son décollage, l’appareil est sorti des radars. Il transportait 149 passagers et huit membres d’équipage. La compagnie a confirmé peu de temps après le crash qu’un de ses appareils avait été impliqué dans un accident et a précisé que des recherches et des opérations de secours étaient en cours, mais qu’aucune information ne venait confirmer le nombre de victimes ou la présence éventuelle de survivants. 

Cependant, sur Twitter, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed n’a pas fait preuve de la même réserve en adressant d’emblée ses « profondes condoléances à ceux qui ont perdu leurs proches bien aimés ». Cet accident vient, comme à chaque fois, relancer la polémique sur la sûreté du trafic aérien.

Un accident qui en rappelle d’autres

Il faut dire que le type d’avion impliqué dans cet accident est le même que celui de la compagnie indonésienne Lion Air qui s’est lui crashé en mer en octobre seulement 13 minutes après avoir décollé de Jakarta, faisant 89 victimes. Les boîtes noires n’avaient pas pu être récupérées et les causes de l’accident restent par conséquent encore inconnues. 

Néanmoins, un rapport d’enquête avait pointé des défaillances au niveau de la maintenance de l’appareil. Quant à Ethiopian Airlines, l’une des plus importantes compagnies du continent africain, le dernier accident en date concernant un de ses appareils remonte à 2010. Un Boeing 737-800 transportant 83 passagers avait explosé en vol après avoir décollé du Liban. Là non plus, il n’y avait pas eu de survivants.

La sûreté du transport aérien en Afrique en question

Un tel accident relance également la question de la sécurité aérienne sur le continent africain. En 2016, de nombreuses compagnies aériennes étaient sur la liste noire de la Commission européenne à cause de leurs manquements en termes de sécurité. Néanmoins, petit à petit, les compagnies et les états font des efforts pour améliorer les choses.

Toutefois, le manque de ressources humaines qualifiées et des problèmes de gouvernance sont toujours pointés du doigt. Ethiopian Airlines, de son côté, a été élue en 2008 meilleure compagnie aérienne africaine et compagnie aérienne de l’année en 2015. Hélas, ce drame vient entacher cette image.

5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *