Dans un immeuble en copropriété, le calcul de la consommation en eau se fait au prorata des millièmes de chaque lot si un compteur d’eau divisionnaire n’est pas installé. Ce mode de répartition des charges peut pénaliser certains copropriétaires, car elle ne tient pas compte du nombre de personnes qui habitent dans chaque logement. De plus, elle n’encourage pas la politique de réduction des charges. Dans cet article, découvrez les différents types de compteurs d’eau divisionnaires et leurs avantages respectifs.

Un compteur d’eau divisionnaire, c’est quoi ?

Également appelé sous-compteur ou compteur de répartition, le compteur d’eau divisionnaire est un appareil de mesure qui permet de calculer de manière exacte la consommation en eau d’une installation particulière, comme la consommation en eau de chaque foyer dans le cas d’un immeuble. Il est placé en aval du compteur principal et permet de faire un relevé de la quantité d’eau réellement consommée par chaque logement en m3 pour la facturation.

Dans une moindre mesure, le sous-compteur permet aussi de détecter une fuite d’eau. En France, l’installation d’un compteur divisionnaire est obligatoire pour tout immeuble construit à partir du 1er novembre 2007. Pour les constructions antérieures, la décision d’en installer ou non fait suite à un vote lors d’une AG.

Les différents types de compteurs d’eau divisionnaires

Il existe plusieurs types de compteurs d’eau divisionnaires selon les technologies utilisées. La plupart des enseignes spécialistes du comptage individuel de la consommation en eau, à l’instar de Trybatec, en proposent trois principaux types :

Les compteurs d’eau vitesse ou à turbine

Le compteur d’eau vitesse ou à turbine fonctionne comme les moulins à eau. Il est équipé d’une turbine qui permet de faire tourner l’eau. C’est le nombre de rotations qui permet de calculer la quantité d’eau qui passe dans les canalisations, et qui est donc consommée. L’eau entre dans le compteur par un ou plusieurs orifices. On parle alors de compteur jet unique ou jets multiples.

Le compteur d’eau vitesse, qui se pose horizontalement, est facile à installer. Ultra-compact, il se glisse partout, même dans les endroits difficiles d’accès. Il présente aussi l’avantage d’être résistant aux impuretés de l’eau et d’être silencieux.

Les compteurs d’eau volumétriques

Le compteur d’eau volumétrique calcule le volume d’eau qui passe dans les canalisations alors que le compteur vitesse mesure le débit d’eau. L’appareil est équipé d’un cylindre qui bascule pour alimenter un réseau. À chaque basculement du cylindre, un certain volume d’eau passe. La consommation en eau de l’installation est donc calculée en fonction du nombre de rotations du cylindre.

Ce type de compteur d’eau divisionnaire offre l’avantage d’être plus précis que le compteur vitesse. Il peut aussi se poser à l’horizontale ou à la verticale. C’est grâce à sa fiabilité que ce type de compteur est le plus répandu en France.

Les compteurs d’eau à ultrasons

C’est un type de compteur divisionnaire de haute technologie utilisant les ultrasons pour mesurer la quantité d’eau consommée par une installation. Son plus grand avantage est son niveau de précision particulièrement élevé. Comme il est aussi dépourvu de pièce mécanique mobile, il est plus stable et résistant aux impuretés de l’eau. Autre avantage du compteur à ultrasons : il détecte les fuites de manière optimale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *