L’Endométriose est une maladie gynécologique bénigne qui touche généralement une femme sur dix ayant entre 25 et 45 ans, cette pathologie se caractérise par l’apparition de tissu utérin en dehors de la cavité utérine (sa localité normale) le plus souvent sur le péritoine, les ovaires, le col de l’utérus et plus rarement sur le diaphragme, la plèvre et la vessie. Symptomatiquement cette maladie se manifeste de multiples façons dont au début par : des règles abondantes, un malaise général, des douleurs abdominales, une fatigue chronique puis encore par des douleurs au cours des : règles, rapports sexuels et mictions.

Quant aux causes de cette maladie sont soit due soit au patrimoine génétique de la personne en question, soit à certaines substances toxiques présentes dans notre environnement.

Pourquoi l’endométriose reste-t-elle presque méconnue ?

Cette maladie fait souvent défaut lors de son diagnostic, laissant les femmes atteintes de cette maladie attendre et supporter d’atroces douleurs des années durant avant que leur mal ne soit identifié et de manière juste et correcte, comme l’affirme le Docteur Érick PETIT, médecin radiologue et fondateur du Centre de l’Endométriose au Groupe Hospitalier Paris-Saint Joseph. Les causes de ces retards considérables de diagnostic -ce qui laisse à la maladie tout son temps pour se développer- selon lui c’est qu’on n’apprend toujours pas l’endométriose aux étudiants en médecine ! En dépit qu’elle touche 10 % des femmes et soit la première cause de douleur et d’infertilité chez la femme en France. Et même ceux qui se spécialisent en gynécologie ne connaissent pas vraiment cette maladie !

Une maladie très difficile à supporter

La vie d’une femme atteinte d’endométriose est loin d’être facile, car étant presque quotidiennement sujette à des douleurs assez fréquentes en particulier pendant les règles et les relations sexuelles, ce qui met à rude épreuve le moral du malade et affecte considérablement sa vie intime ! En plus d’avoir à l’esprit ce risque d’infertilité, car cette maladie est responsable de près d’un tiers des cas d’infécondité tout ceci laisse entendre le soutien psychologique dont doit bénéficier le patient pour peu qu’il tienne le coup et apprenne à vivre avec sa maladie.

Quel traitement contre l’endométriose ?

Le traitement de l’endométriose est souvent ordonné par des pilules progestatives qui en stoppant l’ovulation permettent de mettre au repos les foyers d’endométriose durant une certaine période qui peut aller jusqu’à un an et demi, mais si malgré cela le mal persiste encore la cure peut se radicaliser en allant jusqu’à nécessiter une intervention chirurgicale ! En éliminant les îlots d’endométriose au laser.

5/5 - (1 vote)