Depuis le début du XXe siècle, l’espérance de vie a progressé en France passant de 66 ans tous les sexes confondus en 1950 à 82 ans en 2018. Les progrès ont ralenti ces dernières années, l’espérance de vie n’a gagné qu’un mois et demi pour les hommes depuis 2014 et un mois par an pour les femmes, pourquoi un tel ralentissement ?

Est-ce l’effet des épidémies de grippe ?

Ces dernières années, la grippe a été particulièrement meurtrière principalement chez les personnes âgées ou fragilisées. Au XXe siècle, les pathologies comme le cancer étaient la cause d’une partie importante des décès d’adultes. Leur recul a entraîné une augmentation de l’espérance de vie. Les maladies cardiovasculaires et les cancers sont pourtant aujourd’hui les principales causes de décès. Avec plus de 87 ans d’espérance de vie, les Japonaises détiennent le record mondial. Les hommes français sont toujours mal situés. Aux États-Unis, le ralentissement de l’espérance de vie a non seulement été important, mais il a fait place à un recul chez les hommes et les femmes. Il est attribué à une montée de la mortalité liée au tabac à laquelle se sont ajoutés différents problèmes de santé comme l’obésité, les overdoses d’opioïdes chez les adultes.

Un vieux rêve inaccessible

L’immortalité est sans doute à remettre à plus tard, car de nouvelles maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer) sont très présentes dans notre société. Ce qui pourrait limiter la progression de l’espérance de vie. Les Français nés en 2018 peuvent espérer vivre pourtant bien plus longtemps que leurs ancêtres nés au XXe siècle. L’espérance de vie n’était qu’alors que de 33 ans pour les hommes et 37 ans pour les femmes. Elle est aujourd’hui respectivement de 79,5 et 85,4 ans. Les progrès de la recherche médicale pourraient dépendre de la lutte contre les maladies tel le cancer qui sont devenues la première cause de mortalité. La durée de vie humaine a-t-elle une limite ? Il faudra attendre de nombreuses années pour connaître le résultat. Si des maladies sont éradiquées, d’autres pourraient faire leur apparition et de nouveau aggraver l’espérance de vie.

L’espérance de vie est-elle en bonne santé ?

Au milieu du XVIIIe siècle, la moitié des enfants mouraient avant l’âge de 10 ans et l’espérance de vie ne dépassait pas 25 ans. Elle a atteint 30 ans à la fin du siècle puis 37 ans, en partie grâce à la vaccination contre la variole durant les guerres napoléoniennes et celle de 1870, l’espérance de vie a décliné brutalement et elle est repassée sous les 30 ans. Si elle a augmenté en France au cours des cent dernières années, c’est d’abord grâce à la baisse de la mortalité infantile, aux vaccinations, aux antibiotiques. Une personne de 60 ans vit actuellement en meilleure santé qu’un individu du même âge vivant il y a plus de cinquante ans et c’est vrai à tous les âges. Il est pourtant souvent difficile de distinguer la bonne et la mauvaise santé, la frontière n’est pas toujours visible entre les deux. On peut aussi se poser la question, pourquoi rester en vie si c’est pour demeurer dépendant ?

5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *