Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux l’a annoncé mercredi dernier à la suite du conseil des ministres : la décision a été sans appel. À l’approche de l’acte 19 des gilets jaunes ce samedi, les forces Sentinelle ont été appelées en renfort.

Durcir la sécurité durant les manifestations

L’exécutif avait annoncé mardi une liste de mesures à prendre pour l’acte 19 des Gilets jaunes, comme la hausse des contraventions pour manifestation interdite, mise en place de brigade anticasseurs, manifestations interdites en cas de présence « d’ultras ». Cela n’a apparemment pas été suffisant pour notre gouvernement qui a pris des mesures plus drastiques : celle par exemple d’appuyer les forces de l’ordre par les soldats de la force Sentinelle.

Le chef d’État-Major des Armées étonné

Le chef d’État-Major des Armées, François Lecointre, n’avait pas été avisé par cette décision, il l’a appris par le biais de la presse comme tout un chacun. Soulignons donc que cette mise en application a été prise par le Conseil des ministres et non pas par le Conseil de la Défense.

Que va-t-il se passer exactement ?

Les militaires de la force Sentinelle seront là uniquement pour assurer le maintien de l’ordre, sur des points fixes et devant des bâtiments officiels. IIs n’ont pas pour but d’arrêter les gilets jaunes ni de leur foncer dedans ou d’ouvrir le feu. Ils sont simplement en faction pour soulager les forces de l’ordre. Ouvrir le feu, rien n’est moins sûr. Rappelons que ce sont des soldats munis de fusil d’assaut Famas. Les casseurs parfois infiltrés chez les manifestants sont souvent des champions en technique de guérilla urbaine. Les militaires ne sont donc pas à l’abri d’être pris pour cible.

Même si les règles d’engagement sont strictes, à savoir corps à corps en premier lieu et ne faire usage de son arme qu’en légitime défense (après deux sommations à haute voix), le général Bruno Leray a indiqué :

Ils pourraient aller jusqu’à l’ouverture du feu si leur vie est menacée ou celle des personnes qu’ils défendent.

Dans quelles mesures pourront-ils penser que leur vie est en danger lorsque l’on sait qu’ils ne sont ni formés, ni entraînés, ni équipés pour le maintien de l’ordre. Rappelons-le, ce sont des soldats, combattants contre le terrorisme sur le territoire français.

Pas de force Sentinelle sur certains lieux

Pour éviter au maximum une confrontation avec les manifestants, les soldats de la force Sentinelle ne seront pas présents aux abords de l’Élysée, de l’Assemblée nationale et de Matignon, lieux trop proches de la manifestation. Une chose est certaine, mieux vaut être vigilant ce samedi 23 Mars lors de la manifestation de l’acte 19. Une interdiction a également été donnée pour un rassemblement à proximité de l’Élysée, mais également sur la plus belle avenue du monde et la place des Étoiles ainsi qu’aux abords.

5 (100%) 2 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *