Le célèbre coiffeur Jean Louis David avait 85 ans. Il est décédé en Suisse où il vivait depuis plus de 17 ans. Le créateur de la chaîne de salons de coiffure s’était retiré en 2002 lorsqu’il avait vendu son groupe à l’Américain Regis Corporation. C’était un homme visionnaire, un avant-gardiste. Dès 1961, il ouvre son premier salon avenue Wagram à Paris et c’est le début de la gloire.

Il devient le coiffeur du Festival de Cannes

En 1970, il invente la coupe dégradée que les clientes vont adorer puis il se lance dans la création de sa franchise Jean Louis David. Entre 1983 et 1994, on compte plus de mille salons à son nom dans le monde entier. Depuis 2008 alors que ce grand coiffeur profitait de sa retraite sur les bords du lac Léman, sa marque entre dans le groupe Provalliance dirigé par Franck Provost. Ce dernier décrit aujourd’hui un coiffeur hors norme, un vrai créateur qui a marqué l’histoire avec son talent et sa vision du métier. Il avait la réputation d’être un exilé fiscal depuis qu’il avait obtenu la nationalité aux îles Caïman. Marié à quatre reprises, il avait quatre enfants.

Ce n’est pas l’année de la mode

Après le décès de Karl Lagerfeld le 19 février dernier, c’est au tour de Jean Louis David de tirer sa révérence. Ce pionnier français de la coiffure franchisée est décédé ce mercredi 3 avril. Grâce à une coiffure emblématique, la coupe dégradée réalisée la plupart du temps aux ciseaux, il a rencontré la gloire. Cette technique permet d’obtenir des mèches de différentes longueurs afin de produire un certain volume. Il en existe bien des variantes. Selon Franck Provost, il a révolutionné la coiffure chez les femmes à une époque ou toutes portaient le chignon ou des coupes extrêmement travaillées et laquées. Le dégradé tel qu’il la proposé est très facile à porter, cela a été une vraie libération pour des millions de femmes, salut l’artiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *