La police a pénétré dans l’ambassade à Londres ce jeudi matin. Le but était d’arrêter Julian Assange. Cette actualité met tout de même fin à sept années de détention du fondateur de WikiLeaks. Vous vous souvenez sans doute des couvertures médiatiques à son encontre puisqu’elles étaient nombreuses.

Une arrestation musclée à Londres

La vidéo montre Assange avec une barbe blanche alors qu’il est en train de crier et de faire des gestes. Plusieurs policiers ont tenté de le maîtriser pour qu’il puisse monter dans un fourgon de police. Julian Assange est donc en état d’arrestation pour avoir ignoré un mandat d’arrêt délivré par le Royaume-Uni en 2012. Les forces de l’ordre ont précisé que les Etats-Unis avaient demandé un mandat d’extradition puisqu’il est accusé d’infractions liées au monde de l’informatique. Plusieurs affaires ont rythmé le quotidien du fondateur de WikiLeaks. Il a été inculpé aux États-Unis pour complot en vue de commettre une intrusion informatique en 2010.

Depuis 7 ans, Julian Assange se trouvait à l’ambassade

Le ministère de la Justice américain a confirmé qu’il avait été inculpé de conspiration aux côtés de Chelsea Manning, l’ancien analyste qui avait fourni des milliers de documents classifiés à WikiLeaks. Le fondateur était caché à l’ambassade, à quelques mètres du grand magasin Harrods à Knightsbridge, depuis près de 7 ans, date à laquelle il a obtenu l’asile dans le but d’éviter l’extradition vers la Suède, où il était accusé d’agression sexuelle. L’affaire suédoise a depuis été classée, mais Julian Assange craignait l’extradition des États-Unis en raison de son travail avec WikiLeaks. Il a à plusieurs reprises nié tou les actes répréhensible.

La perte du droit d’asile de Julian Assange

Le président équatorien, Lenin Moreno, a déclaré ce jeudi que l’asile avait été retiré à Julian Assange pour divers motifs à savoir un comportement agressif. Il aurait également eu des déclarations menaçantes et hostiles. Le dernier incident daterait de Janvier 2019, des membres de WikiLeaks auraient d’ailleurs rendu une petite visite au fondateur. Pour rappel, en juillet 2016, WikiLeaks a publié près de 20 000 documents des membres du Comité national démocratique. Après étude, il montraient apparemment que le comité favorisait la candidate démocrate à savoir Hillary Clinton qui se retrouvait face à Bernie Sanders lors de la primaire présidentielle américaine.

Cette affaire sera sans doute très médiatisée au vu du nombre de vidéos et d’articles qui ne cessent de circuler à ce sujet. Il faut noter que Julian Assange avait réussi à échapper à la justice pendant 7 ans et un film avait même retracé son parcours.

5 (100%) 1 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *