Une association vient d’élaborer des cartes scolaires de la pollution de l’air en Île-de-France. Un quart des établissements parisiens de la crèche, au collège, au lycée dépassent les seuils légaux de concentration en dioxyde de carbone. Cette étude montre que les enfants sont exposés dangereusement à cette pollution.

Des conséquences sur la santé

L’association Respire appelle les mairies de Paris et de la petite couronne à intensifier leurs activités en faveur d’une meilleure qualité de l’air. Les enfants franciliens ne respirent pas tous de l’air pur lorsqu’ils sont à l’école. Les conséquences pour la santé restent inquiétantes. On peut voir voir ainsi apparaître de l’asthme, un retard dans le développement pulmonaire et cognitif. En effet, le système respiratoire des enfants n’est pas arrivé à maturation et ils sont donc bien plus vulnérables à la pollution. La cause principale reste la distance avec les axes routiers. Le dioxyde de carbone  est émis en grande quantité par les voitures diesel. La moitié des écoles, des crèches se situent entre 50 et 150 mètres d’un axe routier majeur, plus de 15.000 véhicules par jour selon une étude d’Airparif en 2012.

La lutte contre la pollution, une priorité

Les enfants sont plus vulnérables que les adultes face à la pollution et pourtant ils y sont très exposés. Les résultats de cette nouvelle étude font froid dans le dos. La ville de Paris lutte activement contre la pollution routière, c’est l’une de ses priorités. À partir de la rentrée 2019, la ville lancera une campagne de mesures dans les crèches, les écoles, les collèges, les lycées. La maire de Paris, Anne Hidalgo a pour objectif de voir la capitale devenir la première agglomération respirable labellisée par l’Organisation mondiale de la Santé en divisant par deux le nombre de jours de dépassement des seuils de pollution. La ville a également mis en place une série d’aides financières destinés aux particuliers notamment pour ceux qui s’équiperont d’un vélo électrique ou de vélo cargo. La situation s’est améliorée, mais il faut continuer les efforts afin que nos enfants respirent mieux.

5/5 - (2 votes)