Dans une vidéo sur Facebook ce mardi la jeune femme raconte son calvaire qu’elle a vécu avec son compagnon alors qu’ils rentraient d’une soirée chez un ami. Elle déclare avoir été insultée alors qu’ils marchaient tranquillement pour rentrer chez eux. Son copain a voulu la défendre et les trois hommes ont commencé à le rouer de coups pour le plaisir.

« J’ai cru qu’ils allaient le tuer »

L’humoriste en larmes face à la caméra décrit comment ces trois hommes se sont acharnés et ils ont lynché son compagnon à coup de pied dans la tête. Munis de barres de fer, ils l’ont asséné de coups violents simplement pour le plaisir. Malgré ses nombreux appels à l’aide, le cauchemar a continué. Le couple a finalement été secouru par un homme venant de nulle part. Il les aurait mis à l’abri avant d’appeler les secours. Son copain a été hospitalisé, il a été blessé à la mâchoire et a perdu plusieurs dents. Une plainte a été déposée, mais selon la jeune femme, cela ne va pas servir à grand-chose. Son copain a frôlé la mort si personne n’était venu. La vidéo pleine d’émotions au cours de laquelle elle partage le sentiment de révolte, d’incompréhension de l’humoriste a bouleversé la toile.

La violence gratuite en hausse

La violence de tout temps a existé à travers les cultures, les classes sociales, elle resurgit toujours même si on cherche à la canaliser, la contenir. Aujourd’hui dans notre société, elle semble omniprésente. Impossible d’ouvrir un journal, la télévision, les réseaux sociaux sans qu’elle vous agresse en permanence.

  • Violence à l’école, politique, familiale, collective, de la petite délinquance à la grande criminalité en passant par les débordements des manifestations, les attaques gratuites de passants, la violence est partout.
  • Elle fait partie intégrante de notre quotidien.
  • On meurt pour une cigarette, un regard, quelques pièces, une religion différente, une orientation sexuelle.
  • La criminalité française s’est largement multipliée durant ces dernières années. Ce sentiment d’insécurité permanente ne cesse de grandir et la banalisation de la violence inquiète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *