La rougeole, considérée comme pratiquement éradiquée en France, fait encore les gros titres de l’actualité en raison de la forte augmentation du nombre de cas. Depuis le 1er décembre 2018, 38 cas de rougeole ont été confirmés à La Réunion. La plupart de ces patients n’étaient pas correctement vaccinés.

Au cours de la dernière année, Santé publique France a notifié 2 652 cas de février 2018 à février 2019. Un quart des patients ont nécessité une hospitalisation et trois décès ont été enregistrés. Les responsables notent que 89% des cas de rougeole sont survenus chez des patients non immunisés ou faiblement vaccinés.

Quatre-vingt-dix-huit pays ont signalé un plus grand nombre de cas de rougeole en 2018 par rapport à 2017, et l’organisation mondiale de la santé a averti que les conflits, la complaisance et le mouvement anti-vaccin croissant menaçaient d’annuler des décennies de travail pour apprivoiser la maladie.

Il s’agit d’un appel de réveil. Nous disposons d’un vaccin sûr, efficace et peu coûteux contre une maladie très contagieuse – un vaccin qui a permis de sauver près d’un million de vies chaque année au cours des deux dernières décennies

Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF

La maladie, qui provoque des éruptions cutanées et des symptômes pseudo-grippaux, peut toucher des personnes de tout âge, même si elle est considérée principalement comme une maladie infantile, se transmet par la toux et les éternuements.

Quels sont les chiffres ?

Rien que cette année, 244 personnes au total ont été infectées par la rougeole en France.

  •  En 2018, il y avait 2 913 cas de rougeole en France, le niveau le plus élevé en Europe. À titre comparatif, il n’y a eu que 519 cas de rougeole enregistrés en France pour l’ensemble de 2017.
  • Les cas ont augmenté en France et dans d’autres pays développés ces dernières années, en raison du nombre réduit d’enfants vaccinés contre une maladie virale provoquant des éruptions cutanées et une inflammation pouvant rapidement s’avérer fatale.
  • Avec la Brésil et l’Ukraine, la France est l’un des dix pays responsables de l’augmentation de 75% du nombre de cas de rougeole en 2018, a annoncé vendredi l’Unicef ​​(Fonds international des Nations Unies pour le secours à l’enfance).

Le virus avait déjà été considéré comme virtuellement éradiqué. En effet, il y a dix ans, la maladie potentiellement mortelle avait presque disparu de la France.

Pourquoi fait-il un retour ?

Les autorités sanitaires et le gouvernement affirment que cette situation est directement liée à l’insuffisance du nombre de personnes vaccinées contre cette maladie potentiellement mortelle, en particulier dans certaines régions du pays, comme le sud-ouest.

L’inquiétude du gouvernement

Une méfiance face à la vaccination

En France comme ailleurs, plus de huit patients sur 10 atteints de rougeole n’avaient jamais été vaccinés contre le virus, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). 

En France, 90% des enfants reçoivent leur première dose. Cependant, selon les médecins, le problème est que beaucoup de Français, potentiellement un million, ne reçoivent pas la seconde injection nécessaire du vaccin ROR (rougeole-oreillons et rubéole). Cette deuxième dose est nécessaire à l’élimination de la maladie, car entre 7 et 8% des enfants ne réagissent pas à l’administration du premier vaccin.

En France, aucun département du pays n’a atteint le taux de vaccination de 95%, selon les autorités sanitaires. La raison en est que la France est en partie due à un manque de confiance dans les vaccins. 

Toutefois, afin de lutter contre la propagation du virus et de l’éliminer, au moins 95% de la population des jeunes enfants et des jeunes adultes nés depuis 1980 aurait dû recevoir les deux doses du vaccin ROR, a dit Le Parisien.

Rate this post